1. Faculté d'Architecture La Cambre Horta
  2. Accueil
  3. Actualités

Le Palais de justice de Bruxelles - Thierry Henrard et Thomas Greck, article paru en décembre 2020 dans le numéro 440 de la revue l'Architecture d'Aujourd'hui

Publié le 8 janvier 2021 Mis à jour le 15 janvier 2021

Les deux architectes Thierry Henrard (Master en patrimoine ULB/VUB) et Thomas Greck (diplômé de la Faculté d’Architecture ULB), ont publié un article sur le Palais de justice de Bruxelles dans la revue "l'Architecture d'Aujourd'hui" consacrée au thème "Démesures" à la suite de recherches entamées à la Faculté d'Architecture ULB en Mars 2019.

Après une formation théorique d’octobre 2017 à février 2019, les étudiants de l'Executive Master en Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, organisé par l’ULB et la VUB, ont été invités à réaliser un travail de fin de formation.
L’objectif annoncé de ce travail pratique était de réaliser une étude de cas appliquée à un bâtiment bruxellois à valeur patrimoniale reconnue (classé ou sur une liste de sauvegarde) mais en déshérence, c’est à dire dont la restauration est nécessaire et dont l’étude en vue de la restauration n’a pas été entamée. Ceci pour des raisons variées, parfois multiples, par exemple administratives, économiques ou encore simplement par manque de connaissances de la part de leurs propriétaires.
La Direction du Patrimoine Culturel (DPC-URBAN) a, dans cet objectif, communiqué aux étudiants une liste de bâtiments susceptibles d’être « aidés » par une étude de ce type.
Le travail devait être réalisé en groupe de 2 à 6 étudiants afin de permettre une avancée significative sur la période disponible de 6 mois.
En complément de cette liste, le professeur Francis Metzger a proposé un sujet complémentaire, celui du Palais de justice de Bruxelles.
Ainsi, 5 étudiants du Master, dont Thierry Henrard, ont formé une équipe pour ce sujet. Sur la proposition du professeur, l’équipe a été complétée par un sixième étudiant, Thomas Greck, en quatrième année d’architecture, dont la passion pour le patrimoine, en particulier celui de la période du XIXème siècle, avait été remarquée.
Le sujet fut, dès avant l’entame des études, fascinant tant le bâtiment est exceptionnel et domine Bruxelles par sa position, ses dimensions et son prestige. Pourtant il y avait certaines appréhensions.
Approcher une oeuvre aussi majestueuse, semblant autant omniprésente et incontournable à Bruxelles que mystérieuse et inabordable, à l’origine d’expressions bruxelloises inventées pour elle, couverte enfin d’histoires fantastiques autant que de légendes, s'avère aborder un repas à la fois appétissant et totalement indigeste.
Il paraissait évident que l'édifice devait avoir fait l’objet d’études architecturales et historiques multiples, poussées et exhaustives, que même sa déshérence, incompréhensible de par ailleurs, ne semblait contredire et vis à vis desquelles le travail serait confronté à la difficulté de réaliser une approche tant originale qu’utile.
Et pourtant !
Au fil des lectures sur le sujet, certains groupes de mots, certaines phrases même, revenaient de manière chronique comme tournant sur elles-mêmes dans un vase clos. Rapidement aussi, une mise en garde : le Palais est entouré d’une brume de légendes capable de détourner les approches scientifiques. Suivre les chemins balisés ramène à la case départ.
Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, cet époustouflant bâtiment, œuvre de l’architecte Joseph Poelaert (1817-1879) inaugurée le 15 octobre 1883, s’est révélé être aussi mal connu que peu documenté.
Alors que le travail devait constituer une approche originale de restauration patrimoniale, ce constat conduisit à faire le choix de se concentrer sur l’indispensable étude historique de l’évolution architecturale de l’édifice, ce qui n’avait pas été fait jusqu’à présent.
Les recherches ont permis de trouver deux fonds d'archives qui n'avaient encore jamais été étudiés. Le fonds privé de l'ingénieur-architecte Albert Storrer (1894-1977) conservateur du Palais de Justice de 1929 à 1959, ainsi qu'un inattendu "volet" sur le sujet dans le fonds d'archives de Victor Horta.
Le travail a été présenté en octobre 2019 mais les recherches ne se sont pas arrêtées là. L'étude a été poursuivie à deux. D'abord par la réalisation de l'inventaire du fonds d'archives Albert Storrer avec le soutien de la Fondation Poelaert et du Quartier des Arts. Ensuite avec le Civa, Urban et le musée Horta en vue de la publication en 2021 d'un livre consacré à l'architecture du Palais. Enfin, à partir de janvier 2021 pour une nouvelle mission de recherche pour la Fondation Poelaert et le Quartier des Arts en vue d'établir un carnet de recommandations à l'attention des décideurs, alors que la restauration du monument se profile.

Thierry Henrard est architecte, diplômé de l'ISA Saint Luc (Loci Bruxelles) en 1994. Master en patrimoine ULB/VUB 2017-2019.
Thomas Greck est architecte, diplômé de la Faculté d'Architecture ULB en 2020.

L'article est en téléchargement ici : 

 / 1