1. Faculté d'Architecture La Cambre Horta
  2. Accueil
  3. Actualités

Fresque : LE PROJET DE PEINTURE MURALE DYMAXION MAP OF THE WORLD DE RICHARD BUCKMINSTER FULLER

Publié le 6 novembre 2019 Mis à jour le 12 novembre 2019

UNE COLLABORATION VUB-ULB Dans le cadre de l’exposition JRSLM — Paradise Lost Again.

Hans Maria DE WOLF

Considérons tout d’abord la figure Richard BUCKMINSTER FULLER, ingénieur, inventeur, poète et génie américain, reconnu aujourd’hui comme l’une des figures les plus novatrices du 20e siècle.

Durant sa vie BUCKY — comme il est appelé habituellement par ses nombreux admirateurs — avait déposé plusieurs centaines de brevets. Parmi ses multiples inventions, nous trouvons la projection cartographique du monde dit DYMAXION, terme constituant un acronyme de dynamic maximum tension. Personne n’a jamais saisi dans une telle profondeur la magie qui règne entre les différentes dimensions. Si nous prenons l’exemple du modèle MERCATOR (le plus répandu aujourd’hui), nous remarquons que celui-ci ne connaît aucun lien entre la réalité tridimensionnelle de la Terre, et sa traduction en deux dimensions formant la carte. Tout est basé sur une ruse. Rien de tout cela chez Bucky. Il s’est d’abord imaginé la Terre en tant que globe en 3D, puis il a divisé cette réalité en triangles concaves. Après une coupe intelligente et la mise à plat des triangles, il a obtenu, de façon logique, un modèle 2D qui est le plus fiable qu’on ait jamais connu. Dans cet exercice, il est important de garder visible les lignes déterminant les triangles, qui permettent de comprendre les liens entre les représentations plane et volumique.

L’énorme avantage de cette présentation de notre planète consiste au fait que la Terre est, pour ainsi dire, « dépliée » autour du pôle nord et qu’elle n’a donc aucune connotation idéologique. L’Europe n’est plus l’éternel centre, l’Afrique n’est plus systématiquement en dessous. Il s’agit d’une vision d’un monde où toutes les parties sont égales et que tous les hommes et femmes sont libres… tout à fait dans l’esprit de la Carte du monde poétique de Marcel Broodthaers. Le projet a été présenté dans LIFE MAGAZINE en 1942, en pleine période de guerre. Les lecteurs étaient invités à découper le modèle et le plier, selon un mode d’emploi fourni, afin d’obtenir leur petit globe à eux. Celui-ci leur permettait de comprendre dans quelle partie du monde combattaient leurs proches.

Dans le cadre de l’exposition JRSLM — Paradise Lost Again, Proximus a produit une tapisserie représentant la DYMAXION MAP. Cet exemplaire a été inauguré le 17 octobre à l’occasion de l’ouverture de JRSLM à Pilar (nouvel espace culturel de la VUB). Actuellement, Visit Brussels produit une version de la carte en tant que peinture murale sur le mur extérieur de la Faculté d’Architecture de l’ULB, place Flagey.

Nous sommes convaincus que l’idée de Buckminster Fuller, d’un monde juste et équitable pour tous, a une importance majeure dans notre monde d’aujourd’hui.
 
Date(s)
le 6 novembre 2019
Lieu(x)
Site Flagey