1. Faculté d'Architecture La Cambre Horta
  2. Accueil
  3. Actualités

Pauline Cabrit, ancienne étudiante du Master Cador est finaliste pour le Prix du Mémoire en Economie Circulaire (Innoviris)

Publié le 8 janvier 2021 Mis à jour le 15 janvier 2021

Pauline Cabrit est finaliste pour la réalisation de son mémoire de fin d'études intitulé "Valoriser le vide : quand les propriétaires (se) grandissent grâce à l'occupation temporaire".

Le phénomène des occupations temporaires a connu ces dix dernières années une montée en puissance spectaculaire dans les grandes villes européennes. S’il n’est pas récent, il existait cependant jusqu’au milieu des années 2000 de façon plus souterraine et de manière moins encadrée.

Selon la place que l’occupation temporaire occupe dans le phasage et dans le montage des projets et l’acteur qui s’exprime (propriétaire, occupant, ASBL, collectivité publique, opérateur intermédiaire), on parle aussi d’urbanisme transitoire ou d’occupation précaire ou encore d’expérimentation programmatique.

On assiste aujourd’hui à la fois à son institutionnalisation, à la multiplication des acteurs qui y prennent part et se professionnalisent, et à sa renommée. Sur cette dernière, il s’agit de l’ouverture de lieux publics de plus en plus nombreux, mais aussi de l’utilisation de ce processus « vertueux » comme outil de communication au service notamment des propriétaires.

Ce contexte d’acceptabilité des occupations temporaires a fait évoluer la position des propriétaires de biens vacants, qui sont passés d’une certaine frilosité à la prise d’initiative.

Si nous nous intéressons à eux, c’est pour comprendre quelles sont les stratégies délibérées (urbaines, financières, sociales, politiques, professionnelles...) qui sous-tendent l’intérêt des grands propriétaires pour l’occupation temporaire, et les bénéfices inattendus qu’ils en retirent. 

> Lien vers son mémoire et la remise du prix qui aura lieu en ligne le 12 janvier de 15h à 16h30 : Webinaire Prix du Mémoire en Economie Circulaire - Innoviris