Publié le 3 mars 2021 Mis à jour le 3 mars 2021

Cette publication monographique sur Victor Bourgeois est le fruit de la recherche doctorale du prof. Iwan Strauven qui a soutenu sa thèse à notre faculté et à l'Université de Gand en 2015. La publication est illustrée de nouvelles prises de vue de Maxime Delvaux et est mise en page par Jurgen Persijn, elle est parue aux éditions nai010 à Rotterdam le 1er mars 2021. Strauven propose dans cet ouvrage une biographie intellectuelle de Victor Bourgeois, une analyse de ses écrits et de sa démarche ainsi qu’un catalogue raisonné de ses projets d’architecture.


Victor Bourgeois (1897-1962) est la figure centrale du Mouvement moderne international en Belgique. Dans les années 1920, il construit la Cité Moderne à Bruxelles—un projet de logement coopératif—et est invité à concevoir une maison au Weissenhofsiedlung à Stuttgart. Avec son frère Pierre, il fonde en 1922 l'hebdomadaire artistique 7 Arts, qui devient le porte-parole principal du Mouvement moderne en Belgique. En tant que l'un des plus jeunes membres fondateurs des CIAM (Congrès Internationaux d'Architecture Moderne), il joue un rôle important dans les premières années de cette organisation internationale. En 1927 il est appelé par Henry van de Velde pour intégrer le corps enseignant du nouvel Institut supérieur des arts décoratifs - La Cambre. Pour Bourgeois, figure engagée, l'innovation formelle s'accompagnait invariablement d'un désir de progrès social.

--
Cette étude monographique explore avec méthode et une grande finesse d'érudition l'ample biographie intellectuelle et professionnelle de Victor Bourgeois. La narration historique, les considérations contextuelles, l’analyse d'archives de première main et les commentaires d'ordre théorique s’y entrecroisent avec brio, démontrant à nouveaux frais l'originalité de cette figure à la fois célèbre et méconnue du modernisme en Belgique. Dépassant le découpage de son œuvre en périodes - et l'évaluation critique qui leur est attachée - Iwan Strauven met en évidence un fil qui la traverse toute entière : la recherche d'une corrélation intime entre l’impératif social du projet moderne et le dépouillement à l’essentiel de son expression construite. Alors que les notions de forme neutre, de monumentalité de l’ordinaire ou d'économie de moyens reviennent aujourd’hui en force dans le débat esthétique, cette relecture savante d'un parcours singulier leur renvoie, avec le recul de l’histoire, leur charge politique.
Françoise Fromonot, ENSA Paris-Belleville

Dans cette lecture critique approfondie de l'œuvre de Victor Bourgeois, Iwan Strauven a non seulement réévalué une figure cruciale de l'histoire de l'architecture européenne, mais a jeté un nouvel éclairage sur le mécontentement culturel et politique qui a présidé à l'essor et au déclin du Mouvement moderne. La trajectoire de Bourgeois, telle qu'elle a été tracée par Strauven, se présente comme une parabole de la tradition intellectuelle moderniste, en raison de la tension sous-jacente entre son intérêt pour la forme et ses ambitions de réforme sociale. De la popularité précoce de ses logements coopératifs révolutionnaires à la neutralité et à l'anonymat délibérés de ses œuvres ultérieures, Strauven met en évidence la relation dialectique entre l'architecture et son contexte urbain qui a animé toute la carrière de Bourgeois. Aujourd'hui, à une époque où les architectes sont de plus en plus conscients de la responsabilité sociale de l'architecture, les recherches fondamentales de Strauven ont abouti non seulement à une étude monographique sur Bourgeois, mais aussi à une réévaluation opportune des complexités et des contradictions du projet moderniste.
Pier Vittorio Aureli, AA School of Architecture, Londres

Texte: Iwan Strauven | graphisme: Jurgen Persijn | photography: Maxime Delvaux | hardcover | 24,5 x 28,5 cm | 496 pages | illustrated (685 full color) | Prix de vente € 69.00 | English | ISBN 978-94-6208-460-5 | nai010 publishers en collaboration avec: CIVA, Architecture Curating Practice | soutiens: Communauté flamande, Urban, Fondation universitaire, Febelcem, Fédération Wallonie-Bruxelles, Cellule Architecture, Ville de Charleroi, Faculté d’Architecture ULB