1. Faculté d'Architecture La Cambre Horta
  2. Accueil
  3. Actualités

PROJECTION – « PARTIR CHEZ SOI » DE C. VANDEN EYDE AVEC SÉBASTIEN DE FOOZ

Publié le 26 mars 2019 Mis à jour le 26 mars 2019

À l'occasion de son 60e anniversaire, l'IHECS a le plaisir de vous inviter à la projection du film « Partir chez soi » de C. Vanden Eyde avec Sébastien de Fooz


À l'occasion de son 60e anniversaire, l'IHECS a le plaisir de vous inviter à la projection du film « Partir chez soi » de C. Vanden Eyde avec Sébastien de Fooz

« Partir chez soi » de Céline Vanden Eyde avec Sébastien de Fooz :

Sébastien de Fooz est un Bruxellois de 45 ans. En 2005, il entreprit de relier Gand, sa ville natale, et Jérusalem à pied. Un long périple qui lui a permis d’explorer la distance au long cours. 13 ans plus tard, il a voulu tenter une nouvelle expérience : celle de l’exploration de la proximité.

Parti pendant un mois dans sa propre ville, Bruxelles, sans rentrer chez lui ni sonner aux portes de ses amis, son objectif était d’observer quel changement de perspective était possible à partir du moment où un autre regard est posé sur ce qui nous entoure.

Car il s’agit bien là d’un questionnement universel : Poser un regard empathique sur autrui et ce qui nous est proche peut-il susciter un bouleversement dans notre quotidien ?

Sébastien est donc parti de chez lui, sans destination. Sur le fil du rasoir entre d’une part l’errance et d’autre part la quête de sens. Il a ainsi fait progressivement l’expérience d’un ailleurs au cœur même de sa ville. Cette exploration lui a permis de réaliser que lorsqu’on quitte l’organisation de son temps, on quitte un rapport utilitariste à la ville et par là-même, on rentre dans un état de vulnérabilité.

Ce film rend compte de cette expérience de la vulnérabilité. Il raconte comment l’auteur, au fur et à mesure de son errance et de sa quête, a été amené à être plus sensible à toutes ces réalités proches de lui, dont il ignorait pour certaines l’existence. Ces réalités qui se touchent sans véritablement se rencontrer sont en effet plus perceptibles dans cet état de désorientation, où l’on perçoit de manière plus tangibles ces fractures, qui viennent elles-mêmes faire écho à nos fractures intérieures.

Ce voyage est une métaphore de la vie de l’homme moderne qui ne sait pas vers où il va et qui doit faire face à l’anxiété que cela génère. Comment trouver du sens dans une vie routinière ? Une vie routinière est-elle forcément vouée à l’absence de sens ? Comment trouver du sens là où on se trouve ? Comment retrouver de l’inspiration quand nous sommes désorientés ?

Au travers de cette expérience, l’auteur donne des pistes de réflexion pour réinvestir au travers du changement de regard son quotidien sans nécessairement devoir changer de vie.

Un film de Céline Vanden Eyde et Paolo Pellizzari avec Sébastien de Fooz. Une coproduction d’Alizé Production.

Sébastien de Fooz :

Sébastien de Fooz est auteur, conférencier et entrepreneur social mais avant tout un marcheur au long cours. Depuis vingt ans, il accompagne des groupes de personnes (entreprises, écoles, associations, collectifs) ou des individus dans la traversée de leurs résistances, pour les guider vers des changements vertueux.

Son expertise s’est tissée au travers d’expériences aussi variées que complémentaires telles que l’accompa- gnement aux mourants, les ateliers de marches nocturnes, l’accompagnement de détenus en prison pour le compte de la Commission de Surveillance des Prisons, les ateliers de déplacement urbain inspirant, les formations basées sur l’Approche NeuroCognitive et Comportementale, l’organisation de marches Transeu- ropéennes pour la promotion du dialogue interculturel coordonnées à la Semaine du Dialogue à Bruxelles, ... Il aide des individus et des organisations à diminuer la peur de l’inconnu et le seuil de résistance au chan- gement vertueux. Titulaire d’un Master en Sciences de l’Information à l’IHECS (1998), il a suivi une formation post-universitaire à Vesalius/VUB Global Risk Analysis & Crisis Management. Pendant quatre ans il s’est for- mé à l’Approche NeuroCognitive et Comportementale.

Il a parcouru 10.000 km en un an pour rejoindre Saint-Jacques, Rome et Jérusalem sans moyens financiers. Au printemps 2018, il est parti marcher dans Bruxelles sans rentrer chez lui le soir et sans rien planifier. Pen- dant un mois, il a expérimenté comment un regard empathique peut mener vers un espace d’inspiration et vers de nouvelles formes de motivation, même dans un vécu d’errance. Cette dernière expérience lui permet d’accompagner encore mieux ceux et celles qui souffrent de routine et qui veulent du changement vertueux sans nécessairement changer de vie.

Partir chez soi
Date(s)
le 3 avril 2019

De 18h30 à 21h30

Lieu(x)
Site Flagey