Depuis sa création en 2010, la Faculté d’Architecture a cherché à assurer l’imbrication et l’enrichissement mutuel de l’enseignement et de la recherche. Si notre vocation est bien sûr de former de futurs architectes, urbanistes et paysagistes, pour nous, devenir chercheur en architecture est une autre manière d’être architecte tant il est vrai que l’architecture aujourd’hui se conçoit de moins en moins sans la recherche en architecture.

Cette recherche prend de multiples formes. Elle peut viser la réalisation d’un  doctorat en art de bâtir et urbanisme, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Fondamentale ou appliquée, elle n’est jamais désincarnée. Elle s’étaye sur les questions que pose la discipline mais aussi sur les enjeux que portent les inquiétudes sociales et politiques, le devenir de la ville, la question de durabilité, les nouveaux modes constructifs, l’architecture pour le développement, le patrimoine… Elle peut adopter le format classique de la dissertation, mais, s’agissant d’architecture ou d’urbanisme, elle peut aussi faire des ressources et méthodes propres aux architectes – le dessin, la représentation 3D, le plan d’urbanisme, l’installation artistique…- son vecteur et son instrument de recherche.

De plus en plus souvent, elle s’opère en réseau et suppose des séjours à l’étranger, voire des terrains d’études à l’étranger. Pour accueillir les chercheurs, la faculté propose sept unités de recherche : AlICe, CLARA, CRALDV, HABITER, Hortence, LoUIsE et Sasha. Ensemble, ils comptent près d'une centaine de doctorants et chercheurs, auxquels s’ajoutent des chercheurs invités, et offrent de dynamiques milieux de recherche.